No Smoking Collection, tailleur pour dames

Envie de partager ?


Anne Cécile me reçoit dans son atelier-showroom du 8ème arrondissement de Paris, une petite boutique blanche immaculée sur une place typiquement parisienne. Pour seul décor, deux portants exposent ses créations : des smokings et tailleurs sur-mesure pour femme. Nous nous installons sur la table centrale autour d’un thé pour démarrer l’interview. L’endroit est chic, l’ambiance est feutrée, les ciseaux crissent sur le tissu qu’une couturière découpe. Je suis impressionnée par la volonté et la détermination qui se dégage de cette jeune femme qui a créé sa marque de vêtements  après une première expérience dans le prêt à porter. Lorsque j’ai rencontré Anne-Cécile et qu’elle m’a parlé de sa société, j’ai immédiatement trouvé l’idée géniale et j’ai voulu en savoir plus…

Anne-Cécile Tolian, fondatrice de NO SMOKING COLLECTION - photo Demi Lune
Anne-Cécile Tolian, fondatrice de NO SMOKING COLLECTION – photo Demi Lune
La boutique atelier - photo No Smoking Collection
La boutique atelier – photo No Smoking Collection

DL : Bonjour Anne-Cécile, quel est ton parcours et comment t’est venue l’idée de créer NO SMOKING COLLECTION ?

AC : j’ai fait Central Saint Martins à Londres, célèbre école de mode qui a formé les plus grands créateurs anglais comme Stella Mc Cartney, John Galliano, ou encore Alexander Mc Queen. Durant ces années en Grande Bretagne, j’ai été impressionnée par le savoir-faire des tailleurs anglais. Lorsque je suis rentrée en France j’ai travaillé dans le prêt à porter. Mais les grands groupes répondent à des modèles économiques qui privilégient les produits dérivés comme le parfum ou la maroquinerie et laissent peu de place à la Couture. J’avais envie de renouer avec mon envie première de créer des modèles dans les règles de l’art, en utilisant des belles matières. NO SMOKING COLLECTION est parti d’un constat : il existe  des tailleurs pour homme mais pas pour femme. J’ai donc pris la garde-robe masculine pour l’adapter aux femmes, tout en gardant les codes du tailleur.

DL : c’est ce que l’on appelle du sur-mesure ?

AC : pas tout à fait… il existe le sur-mesure « industriel » et la grande mesure, où tout est fait à la main. Je me situe plutôt dans ce que l’on appelle la petite mesure, où il y a le travail manuel du patronage. Pour chaque modèle, je réalise un patron dans plusieurs tailles. Puis pour chaque cliente, j’adapte le patron en fonction de sa morphologie : par exemple en allongeant une hauteur de veste, en raccourcissant une longueur de manche.

DL : En quoi consiste la collection ?

AC : Nous avons 7 modèles de vestes et 6 bas (pantalons). Chaque modèle est réalisable dans différents tissus, nous travaillons sur une base d’échantillons permettant à la cliente de choisir le sien.

DL : quelles sont les différentes étapes de la réalisation d’un tailleur ?

AC : il y en a 4 : le patronage, la coupe, l’assemblage, l’essayage, suivi d’allers-retours avec la cliente pour finaliser son vêtement. Il faut compter entre 1 et 2 mois pour réaliser un tailleur ou un smoking.

Patronage avant découpe - photo No Smoking Collection
Patronage avant découpe – photo No Smoking Collection

DL : quels sont les modèles que tu vends le plus : les smokings ou les tailleurs ?

AC : je vends les deux mais pour des clientes et des occasions différentes. Je vends les smokings noirs à des artistes (chanteuses et actrices) pour des tapis rouges ou  des premières. Les smokings blancs quant à eux sont devenus à la mode pour les mariages (mariages civils, pacs, remariages). Enfin, je vends les tailleurs à des femmes actives, des working girls.

DL : c’est étonnant… je pensais que le tailleur avait disparu des entreprises. La mode a tellement évolué ! Quand on regarde les conseils des magazines sur « comment s’habiller au bureau » ces derniers proposent des tenues élégantes mais déstructurées, rarement des tailleurs en total look…

AC : c’est vrai mais certains secteurs imposent naturellement un code vestimentaire. La banque, l’assurance, l’industrie pharmaceutique et l’immobilier sont des secteurs historiquement très masculins, où les femmes portent le tailleur. Une de mes clientes me disait l’autre jour : « on s’habille pour le poste que l’on voudrait avoir et pas pour celui que l’on a ».

DL : l’habit fait le moine ?

AC : dans le monde professionnel, oui ! Si à un rendez-vous une femme est mal habillée, c’est ce que son interlocuteur retiendra. Un homme, lui, peu importe ses vêtements, son message passera !

Tailleurs sur-mesure - photo Demi Lune
Tailleurs sur-mesure – photo Demi Lune
Smokings blancs - photo Demi Lune
Smokings blancs – photo Demi Lune
Anne-Cécile et Françoise - photo Demi Lune
Anne-Cécile et Françoise – photo Demi Lune
Tailleur - photo Morgan Roudault
Tailleur – photo Morgan Roudault
Tailleur - photo Morgan Roudault
Tailleur – photo Morgan Roudault
Smoking - photo Morgan Roudault
Smoking – photo Morgan Roudault
Smoking blanc - photo Poley Luard
Smoking blanc – photo Poley Luard
Smoking blanc - photo Poley Luard
Smoking blanc – photo Poley Luard
Smoking blanc - photo Poley Luard
Smoking blanc – photo Poley Luard

Que ce soit pour une occasion (une soirée, un mariage) ou pour avoir un bon basique dans sa garde-robe, NO SMOKING COLLECTION est une adresse à retenir. Précisons que tout est fait en France, dans des ateliers parisiens. Comptez entre 700 et 900 euros pour un tailleur, le prix varie selon le tissu et les finitions. C’est un budget, certes, mais aussi l’assurance d’avoir une belle pièce dans la garde-robe et un basique incontournable !

Pour découvrir NO SMOKING COLLECTIONS suivez ce lien.

Anne Cécile reçoit sur rendez-vous.

Laisser un commentaire